Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Unsa Radio France

5 questions sur l’après grève

27 Avril 2015 , Rédigé par unsaradiofrance

  1. Quels résultats ?

- Nous avons obtenu satisfaction sur des points très précis : le maintien des deux orchestres, l’abandon de la verticalisation des chargés de réalisation et des techniciens, l’abandon de la réforme du service propreté.

- Nous avons l’opportunité inédite d’être associés à la révision du projet stratégique inscrit dans le Contrat d’objectifs et de moyens 2015-2019 en relation avec le médiateur nommé par la ministre de la Culture et de la Communication.

  1. La grève a-t-elle commencé trop tôt ?

Non, les principaux arbitrages sur le projet stratégique devaient être rendus 2ème quinzaine de mars. La grève a commencé le 19, juste à temps pour pouvoir peser sur ces arbitrages.

  1. Le conflit s’est-il éternisé ?

Cette grève a été très longue. Les enjeux et certaines options affichées par le président de Radio France dans la presse méritaient que les salariés interpellent le ministère de tutelle. Nous avons donc revendiqué la médiation du ministère dès le début du conflit, parce que nous refusions les orientations prises par la direction. Il aura hélas fallu 3 semaines pour obtenir la nomination d’un médiateur.

  1. L’Etat reste-t-il sourd à notre diagnostic de sous-financement ?

A chacune de nos rencontres avec la ministre, les membres de son cabinet, ou les conseillers du Premier ministre, il nous a été réaffirmé la même trajectoire triennale de ressources publiques pour Radio France en 2015, 2016 et 2017.

Cet arbitrage a été rendu en décembre 2014 et l’Etat ne veut pas revenir dessus, se basant sur la répartition entre les entreprises de l’audiovisuel public.

Seule réponse à la situation particulière de Radio France : une enveloppe exceptionnelle – elle serait de 80 millions d’euros – pour le chantier de Réhabilitation.

  1. Quels sont les enjeux de la médiation pour les 2 mois à venir ?

Le déficit de Radio France est devenu structurel par un effet ciseaux entre la stagnation des ressources et l’augmentation mécanique des charges. La pression est exercée par les pouvoirs publics pour la réduction de notre masse salariale (Cf. les différents rapports :

Cour des comptes, Assemblée nationale, Sénat et CSA).

Nous avons toujours contesté l’alternative qui consisterait en un développement substantiel de nos ressources propres, parce qu’elle ne nous paraît pas réaliste, ne serait pas pérenne et présenterait un risque important de contredire notre mission de service public du point de vue de l’éthique.

Face à l’impasse de notre situation financière, nous devons être actifs afin que les arbitrages ne mettent pas en cause l’intégrité éditoriale et la qualité de la production de la radio publique, ainsi que le socle social de l’entreprise.

Nous devons nous battre jusqu’au bout pour éviter externalisations, syndications, dégradation de la production, détérioration de nos conditions de travail et de l’organisation de notre temps de travail.

Sans la très forte mobilisation des salariés,

notre destin nous aurait déjà échappé.

Partager cet article

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article