Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Unsa Radio France

Articles récents

La faillite de la restauration collective

13 Décembre 2015 , Rédigé par unsaradiofrance Publié dans #Conditions de travail

Alors que nous nous battons pour défendre l’emploi à Radio France :

Il n’a été trouvé rien de mieux que de négocier des départs de salariés de la restauration collective pour anticiper la fermeture du self les soirs et les week-ends. Dès la fin décembre, les salariés en horaires décalés seraient privés de restauration collective sans alternative pendant plusieurs mois avec la perspective de distributeurs de plateaux repas dont nous ne savons encore rien.

 

Le comble est que la Commission CE de la restauration collective a été mise devant le fait accompli. Les départs ont été négociés et les 6 suppressions de postes à la restauration collective, soit un peu plus de 10% de l’effectif, s’ajoutent aux 240 annoncées à Radio France ! Les gestionnaires du CE y ont consacré une enveloppe de plusieurs centaines de milliers d’euros pour anticiper la fermeture soirs et week-ends avant même d’en avertir les élus de l’instance !

 

Alors que la production culturelle veut faire de la Maison de la Radio un lieu de vie tous les soirs et chaque week-end

Alors que les matinaliers devraient avoir accès à un encas tôt le matin

Alors que le self devrait être un espace de convivialité, de détente

Alors que le self devrait proposer des repas alternatifs : produits bios, sans gluten, végétariens…

Alors que la Cop 21 devrait inciter à privilégier les filières courtes en favorisant les producteurs d’Ile-de-France ou des régions limitrophes

 

L’Unsa condamne l’absence de toute considération pour les salariés en horaires décalés, pour les usagers du self en général.

Les élus du CE ne se sont jamais opposés à une évolution du self, à la mise en place d’une alternative pour les soirs et les week-ends. Mais aujourd’hui c’est une fermeture sans alternative en place qui est annoncée. Ces méthodes brutales sont condamnables et nous ne les admettons pas !

Lire la suite

Résultats CPS PTA 2015

25 Novembre 2015 , Rédigé par unsaradiofrance Publié dans #Carrières

Lire la suite

Communiqué de l'intersyndicale

17 Novembre 2015 , Rédigé par unsaradiofrance

Nous, les syndicats de Radio France, diffusons un extrait du communiqué national intersyndical :

CFDT – CFE-CGC – CFTC – CGT – FSU – SOLIDAIRES – UNSA

« Après les attentats effroyables commis dans la nuit du 13 au 14 novembre à Paris, les organisations signataires CFDT – CFE-CGC – CFTC – CGT – FSU – SOLIDAIRES – UNSA assurent de leur solidarité toutes les personnes et leurs proches qui en ont été victimes.

En frappant indifféremment la population, en ciblant des lieux de culture, de sport ou tout simplement de loisirs et de rencontres amicales, fréquentés par beaucoup de jeunes, les terroristes envoient un message clair : c’est bien toute la société qui est aujourd’hui visée.

C’est pourquoi le mouvement syndical, tout comme il s’était rassemblé après les attentats de janvier dernier, exprime ensemble son émotion mais assure aussi que rien ne saurait remettre ses engagement pour lutter contre les replis, les stigmatisations, les divisions, contre toutes tentatives de terreur dans lesquelles veulent nous enfermer les terroristes, afin de continuer à faire société ensemble. »

Paris, le 17 novembre 2015

Lire la suite

Spot expression directe de l'Unsa nationale

19 Octobre 2015 , Rédigé par unsaradiofrance

Lire la suite

Sérieux désordre administratif à Radio France

10 Octobre 2015 , Rédigé par unsaradiofrance

Des salariés sont sous le choc suite au contrôle de leur situation administrative : un appel du ou de la gestionnaire de paie, souvent mal à l’aise, invitait à produire ses papiers dans un délai très court. Cela a choqué par la brutalité du procédé d’autant que c’était dans certains cas accompagné de propos déplacés. Nombreux sont ceux qui s’en indignent à juste titre. 34 salariés ont été contactés, certains avait acquis la nationalité française depuis des décennies, et dans au moins un cas depuis la naissance… en France.

En réunion des délégués du personnel le vendredi 9, François Marsaud a renouvelé ses excuses, reconnaissant une faute dans le procédé et une grande faille dans le système d’information RH avec des absences de mises à jour au moment de la naturalisation et l’absence de gestion de la double nationalité.

Voici les explications : la vente d’une prestation dans le cadre de la politique de diversification et la recherche de ressources propres a déclenché un point sur la situation administrative de salariés. Au-delà de 5000 euros, le code du travail prévoit la solidarité des deux entreprises contractantes en ce qui concerne la régularité du titre de séjour des salariés non ressortissants de l’Union européenne amenés à participer à l’opération. Après avoir réalisé que les données n’étaient pas à jour pour les quatre salariés concernés, la DRH a décidé de mettre à jour les données pour l’ensemble des salariés dont le titre de séjour est temporaire, conformément à la loi.

Les délégués du personnel ont produit une motion réclamant la publication d’un texto à destination de tous les salariés avec le détail de ces explications.

Nous prenons acte de l’engagement de la DRH :

  • à s’organiser pour gérer le suivi administratif de manière à exclure tout nouveau dérapage
  • à assister les salariés dans leurs démarches pour le renouvellement de leur titre de séjour.

Nous découvrons que la diversification amène à communiquer ce type de données et cela est stigmatisant. Cette politique dépourvue d’une charte éthique malgré les engagements ne peut pas perdurer.

La publication d’un texto est indispensable devant le malaise provoqué. La direction doit prendre des engagements forts sur le sujet. Sinon, nous saurions rendre compte à l’Afnor qui n’est pas obligée de reconduire le label diversité dont il est fait tant de publicité dans le dernier Texto magazine.

Lire la suite

Des enjeux prioritaires pour Radio France

22 Septembre 2015 , Rédigé par unsaradiofrance

Alors que RF négocie son 3ème contrat d’objectifs et de moyens avec l’Etat (COM 2015-2019), les arbitrages budgétaires des trois derniers exercices ont contraint les entreprises de l’audiovisuel public à se restructurer. RFI et France Télévisions ont essuyé plusieurs plans de départs volontaires. Cela devait être le tour de RF, mais l’opposition très ferme et argumentée des élus en CCE et le relais de la médiation nous permet d’y échapper. L’engagement très fort de l’Unsa dans ce combat a payé. Cela nous évite trois écueils : la brutalité de la restructuration, une sortie de trésorerie supplémentaire d’une trentaine de millions et une période de grande incertitude. Nous devons maintenant nous concentrer sur les enjeux des années à venir :

  • du sens à notre travail avec des orientations claires et partagées,
  • des organisations du temps et des espaces de travail adaptées et des outils à la hauteur,
  • redonner la motivation aux personnels avec de la formation, de la transmission de compétences ; donner des perspectives d’évolutions de carrières

Les orientations ne seront partagées que si la direction s’investit dans la concertation avec les salariés. C’est pourquoi, l’Unsa souhaite que les groupes de travail participatifs créés lors de la médiation (modes de production, réseau des radios locales et production musicale) se réunissent dès que possible et permettent de définir les évolutions à venir avec les professionnels concernés.

La suppression de dizaines de postes constitue une grande menace avec pour corollaire un accroissement des charges de travail, ainsi qu’un recours accru aux précaires. C’est pourquoi nous affirmons que :

  • la création d’une radio locale (Lyon) contribuerait à la destruction de 28 emplois supplémentaires à Radio France.
  • Il est indispensable d’ouvrir le chantier de la résorption de la précarité sur deux fronts :
  1. la mise en place de brigades CDI pour les journalistes, les Parls et les techniciens de radios locales
  2. la négociation des conditions de l’accès au statut de CDI pour les personnels d’antennes qui le souhaitent.

Les nouvelles technologies nous invitent à réfléchir à une piste alternative pour les activités qui le permettent : le télétravail sur une partie de la semaine pour les salariés intéressés. Nous veillerions à en borner les modalités dans le cadre d'une négociation exigeante.

Lire la suite

Communiqué de presse

10 Juillet 2015 , Rédigé par unsaradiofrance

Un commis boucher présiderait Radio France, qu'il ne s'y prendrait pas autrement pour désosser France Culture. D'abord la tête et les pattes arrières :
En nommant Marc Voinchet à France Musique, et en validant le transfert de Laurent Goumard à France Inter, le président neutralise des éléments moteurs de France Culture. En remerciant Olivier Poivre d'Arvor, le Président s'en prend à la liberté de parole et l'esprit critique qui anime cette chaîne.
C'est un véritable tremblement de terre pour les salariés, vous avez été nombreux à nous témoigner votre indignation, et vos craintes pour cette chaîne où la production est si présente. Il s'agit bien d'une reprise en main politique, un royaume d'intelligence que le président envisage comme une poche de résistance. Il s'agit bien de fragiliser France Culture pour à terme attaquer son budget.

Peut-on remercier un directeur qui a porté la chaîne là où elle est dans l'estime des auditeurs aussi simplement que cela ?

Ni le CSA ni le ministère de la Culture n'a son mot à dire devant ce gâchis ?

Tout n'est pas simple avec Olivier Poivre d'Arvor et son équipe, mais il porte sincèrement les ambitions de la chaîne, dans un soucis du dialogue social dernièrement encore durement éprouvé, mais productif.

N'est-ce pas de cela dont vous auriez pu avoir besoin monsieur le Président pour affronter la prochaine crise ?

Lire la suite

10 bonnes raisons de refuser la négociation annoncée d’un plan de départs à l’automne

24 Juin 2015 , Rédigé par unsaradiofrance

  1. La définition d’organisations cibles dans le cadre de la négociation court-circuiterait la concertation prévue sur l’évolution des modes de production, ainsi que les réflexions non encore abouties sur le Réseau Bleu et les formations musicales. Cette période de concertation indispensable est prévue à l’issue de la médiation.
  2. Les services seraient totalement désorganisés par un plan d’envergure (de l’ordre de 380 emplois, 7,5% du personnel) qui ciblerait les plus de 60 ans (15% à 20% des effectifs dans certains services).
  3. Le départ de salariés par le biais d’un plan entrainerait la suppression des postes qu’ils occupaient. Cela serait un frein au développement de l’entreprise. Un départ classique peut donner lieu à un remplacement différé, mais ne condamne pas le poste.
  4. Le calendrier doit dégager deux autres priorités essentielles pour l’évolution de l’entreprise : l’accord collectif et l’avancement des travaux de Réhabilitation. L’année 2016 est déterminante par rapport à ces deux enjeux. Précisons que la négociation de l’accord collectif est sur la table depuis 2009 et le chantier de Réhabilitation depuis 2005.
  5. Ce plan n’est pas cohérent avec l’échéance d’un retour à l’équilibre fin 2017. Ce plan aurait pour objectif une économie de 24 millions d’euros par an mais nécessiterait une enveloppe de 30 à 40 millions d’euros. Il n’est donc pas garanti que l’économie réalisée sur la masse salariale d’ici fin 2017 soit à la hauteur de la dépense.
  6. Ce plan correspond davantage au plan d’affaire lié aux modalités de remboursement d’un emprunt de 90 millions sur 5 ou 7 ans. Cet emprunt est motivé par des besoins de financement évalués à 170 millions Euros (environ 50 millions supplémentaires seront nécessaires pour les studios moyens). Notre trésorerie est grevée par les décaissements des travaux de Réhabilitation. L’échéance et l’ampleur de ce plan sont conditionnées par la dérive financière d’une Réhabilitation payée en partie par des emplois.
  7. L’ampleur du plan annoncé ne correspond absolument pas à un gommage de l’évolution des charges de personnels permanents : + 2.7 millions budgétés pour 2015, soient maximum + 9 millions sur les exercices 2015, 2016 et 2017. La ressource publique devrait s’inscrire de nouveau à la hausse dans les budgets 2018 et 2019 et accompagnerait donc l’évolution des charges d’exploitation pour les deux derniers exercices du COM.
  8. Environ 200 redéploiements ont déjà été effectués depuis 2011 en faveur de la Direction des Nouveaux Médias, la Direction des achats, les nouvelles locales, la Direction de la Réhabilitation, la Direction du Marketing et de la stratégie… Les salariés de Radio France ont déjà assumé d’énormes efforts et c’est déjà extrêmement tendu dans certains secteurs.
  9. La Direction de la Réhabilitation et ses effectifs n’ont pas de pérennité à Radio France. Les postes de la maitrise d’ouvrage du chantier ne devraient pas être affectés au fonctionnement de Radio France.
  10. Ce plan contredit la stratégie adoptée jusqu’à présent par la direction. Il est utile de se référer au PV du CA du 18 octobre 2013 page 19 pour s’en convaincre : « Catherine Sueur : (…) Nous avons choisi d’examiner chacun des départs potentiels des salariés pour vérifier la nécessité de remplacer les personnes ou de redéployer le poste ailleurs. Nous avons choisi de nous montrer pragmatiques. Nous n’avons pas figé un grand plan assorti d’objectifs cibles par direction. Compte tenu de la sensibilité de cette question, nous avons fait ce choix d’une politique pragmatique. »
Lire la suite

Objectifs et moyens, missions et emplois

16 Juin 2015 , Rédigé par unsaradiofrance

Alors que les discussions sont toujours en cours entre Mathieu Gallet et la tutelle pour la rédaction du Contrat d’objectifs et de moyens 2015-2019, nous attendons de la médiation qu’elle permette des inflexions et même la révision de plusieurs axes du projet stratégique initial. La direction de Radio France doit réviser sa gouvernance, son dialogue social, sa vision purement comptable des effectifs et la perversion de la radio publique par des orientations qui relèvent davantage du marketing que d’une ambition pour la culture et l’information. L’Etat doit assumer ses responsabilités en donnant les moyens de terminer la Réhabilitation de la Maison de la Radio, sans que cela ne compromette nos activités et nos emplois. L’enjeu est d’éviter une crise d’une violence aujourd’hui insoupçonnée, la destruction d’un savoir-faire et la perte de notre identité façonnée pendant des décennies.

Gouvernance de Radio France et climat social

Depuis l’arrivée de Mathieu Gallet, les griefs se sont accumulés : manque d’exemplarité, distance d’un président enfermé dans son palissandre. Mais Radio France et ses salariés souffrent surtout des dysfonctionnements au plus haut niveau de l’entreprise. Comment croire que le président ait eu besoin de plusieurs mois pour découvrir la dégradation de la situation financière ? Où est la cohérence avec sa directrice générale, alors même qu’il laisse entendre que les comptes 2013 manquaient de sincérité ? Le climat social, déjà très tendu par la mise en cause de la convention collective, se détériore à cause d’une direction à mi-chemin entre rupture et continuité.

Asphyxie par la gestion

Nous n’acceptons pas le principe comptable qui commanderait de supprimer près de 400 emplois pour réduire la masse salariale dans les proportions qui permettraient un retour à l’équilibre budgétaire. Impossible aujourd’hui de toucher aux effectifs sans provoquer une totale désorganisation des services.

Une conception marketing de la radio publique

Les choix éditoriaux sont dictés par l’audience sous la pression des indicateurs si chers aux auditeurs de la Cour des comptes, pas ceux de la radio. Audience plus large et rajeunie,

cela conduit à la skyrockisation de Mouv, la RMCisation de l’interactivité, peut-être la BFMisation de l’info. Attention danger, les indicateurs nuisent gravement à la qualité des programmes !

Achever la Réhabilitation

Les dérives du financement et de la réalisation des travaux de la Réhabilitation nous entrainent dans des zones de turpitude. Si nous pouvons concevoir la nécessité de faire avancer les travaux en raccourcissant la période interphases et en allégeant la gestion très complexe des relocalisations par la location de nouveaux espaces à proximité de la Maison de la Radio, il est absolument nécessaire d’obtenir les espaces de production de substitution à la hauteur, notamment pour les fictions dont les studios bordent la porte D. L’Etat doit abonder le budget d’investissement en conséquence. D’autre part, l’enveloppe globale de fonctionnement liée à la Réhabilitation est aujourd’hui totalement sous-estimée, à 150 millions contre 250 millions en réalité.

Le dialogue social passe par la participation d’interlocuteurs en haut de la chaine de décisions, cohérents et sincères. Les périmètres de compétence des dirigeants doivent être clairement redéfinis. Les conditions d’un dialogue social normal ne pourront être réunies avant plusieurs mois. La période post-médiation devrait correspondre à une mission de concertation de plusieurs mois sous l’égide d’émissaires du ministère, actifs dans l’organisation de la réflexion participative. Chaque départ doit être remplacé poste pour poste tant que cette période de transition n’aura pas permis des évolutions organisationnelles issues de conclusions entièrement partagées avec les personnels qui sauront faire émerger si nécessaire des choix alternatifs. D’ici là, le Contrat d’objectifs et de moyens devra afficher des ambitions pour les programmes, l’information, la musique, le réseau Bleu et le bâtiment. L’Etat doit désormais s’impliquer totalement pour que les travaux de la Réhabilitation se déroulent dans le respect du volume et de la qualité de la production.

Lire la suite

Crise sur crises à Radio France

1 Juin 2015 , Rédigé par unsaradiofrance

Crise budgétaire

L’entreprise est condamnée à réduire sa masse salariale faute de budget suffisant pour supporter l’augmentation mécanique des charges d’exploitation. L’Etat a serré la vis en 2012 dans sa politique de réduction de la dette publique et contraint l’ensemble des services publics à faire avec moins. RFI et France Télévisions ont déjà été touchées. Radio France, cible du rapport de la Cour des comptes et des rapports parlementaires, prévoit un plan de réduction d’effectifs dans le Contrat d’objectifs et de moyens (COM). Ce plan serait mis à la négociation dès septembre, délai imposé par le plan d’affaire pour le retour à l’équilibre. Nous contestons une approche purement comptable qui conduirait à la désorganisation des services, à la mise en cause de nos programmes et nos missions.

Crise de gouvernance

Les discussions ont cours entre la présidence de Radio France et les ministères de la Culture et du Budget. Mais la nomination du président sur la base d’un projet stratégique est de la responsabilité du CSA. Toutes les parties prenantes se renvoient la balle, chacune en pleine crise de crédibilité : les affaires Gallet (bureau et conseillers), ce petit côté CSA nostra dans les nominations à Radio France et France Télévisions, et la Saal affaire : le ministère lui confie un poste de chargée de mission juste un mois après l’avoir débarquée de l’Ina pour des faits graves. Nous sommes face à des autorités controversées.

Crise d’identité

L’étau budgétaire conduit l’entreprise à des choix en contradiction avec son cahier des missions et des charges issu de la loi de 1986. La volonté d’accroître ses ressources propres avec des annonceurs publicitaires privés et l’organisation à la Maison de la Radio d’évènements privés posent bien sûr des questions éthiques et déontologiques. La production radiophonique ou musicale est altérée par la location de studios, par la réquisition de techniciens pour Pernod-Ricard, Samsung, etc. Radio France doit jouer un rôle clé dans la prescription de nouveaux talents, la découverte, l’ouverture au monde. La suppression d’émissions publiques, la réduction de moyens pour les reportages et le documentaire, ou la difficulté à faire prendre en charge le déplacement d’invités ou de musiciens compromettent l’identité de Radio France en tant qu’acteur culturel.

Crise sociale

La perspective d’une réduction drastique des effectifs rend le climat de l’entreprise très sombre. Pour beaucoup de salariés, le ressort est déjà cassé. L’incertitude et l’indécision se sont emparées des esprits. On assiste à un gigantesque gâchis. Certains complètent leurs CV pour démarcher. L’erreur suprême, c’est prétendre mener de front les négociations d’un plan de départs volontaires, du Nac et d’un accord multimédia en même temps que se mènerait la réflexion sur l’évolution des modes de production, réflexion que nous souhaitons la plus participative possible, à la hauteur des enjeux. Il faut se projeter malgré la fermeture temporaire des studios moyens et l’objectif avoué par Jean-Paul Cluzel dans sa réponse à la Cour des comptes de la réduction du nombre de studios.

L’Unsa demande à ce qu’aucun plan de réduction d’effectifs ne soit mis en place avant les conclusions de la réflexion sur les modes de production en juin 2016. Rappelons que plus de mille salariés sont concernés par la réforme qui en découlera.

L’évolution de nos outils et nos organisations et l’émergence de nouvelles compétences doivent s’inscrire au minimum sur toute la durée du COM et non sur 2 ans. L’évolution des effectifs ne peut la devancer, l’Etat et la direction de Radio France commettraient une faute en la brusquant.

Lire la suite
<< < 1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 > >>