Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Unsa Radio France

Articles récents

Préavis de grève le 28 avril pour la modification de la loi travail

15 Avril 2016 , Rédigé par unsaradiofrance

L’Unsa demande la suppression de :

  • L’article 30 qui redéfinit le licenciement économique
  • Les dispositions de l’article 11 qui permet à l’employeur de licencier un salarié qui refuse la modification de son contrat de travail
  • Les mesures de l’article 2 qui remettent en cause l’obligation de l’employeur en matière de santé et de sécurité

Nous demandons également l’intégration de tous les droits dans le Compte personnel d’activité.

Ce projet de loi doit être corrigé en profondeur. L’Unsa appelle les salariés à cesser le travail le 28 avril à compter de 0h pour une durée de 24h.

Lire la suite

Reprise de la négociation du nouvel accord collectif

10 Avril 2016 , Rédigé par unsaradiofrance

Plus d’un an après son interruption pour cause de grève, la négociation a repris sur trois thématiques : le temps partiel, le temps de travail et, à nouveau, le système salarial.

Le système salarial

Le chapitre a déjà été négocié et a donné lieu à un relevé de négociation fin 2014. Après la première des deux journées prévues pour solder ce chapitre, le gros point noir persiste : la persistance de la direction à regrouper la quasi totalité des techniciens en groupe 5 dans un système qui compte aujourd’hui 8 classes numérotées de 2 à 9.

Nous souhaitons maintenir le parallélisme entre la filière technique et la filière de la réalisation. Nous demandons que l’évolution de carrière soit aussi reconnue par la possibilité d’accéder à un emploi de son métier avec une montée en compétence. Les critères sont identifiés, ils concernent absolument l’ensemble des techniciens qui ont vocation à devenir chefs opérateurs puis éventuellement ingénieurs du son.

Pour nous les 2 filières, technique et réalisation, doivent se répartir sur trois classes : 5, 6 et 7. Rendez-vous le 4 mai dans l’espoir d’une évolution positive !

Les modalités du temps partiel

L’Unsa demande notamment une révision du décompte des jours d’absence pour enfants malades. Les modalités d’application actuelles sont absolument absurdes. Par exemple, la nécessité de garder son enfant le mardi peut être couverte par une journée spécifique dans le cadre des dispositions conventionnelles. Aujourd’hui, le mercredi est décompté quand ce jour n’est pas travaillé dans le cadre d’un temps partiel, même si le certificat médical ne mentionne que le mardi !

Autre sujet : le jour férié. Si celui-ci tombe le jour non travaillé, il est perdu…

Nous attendons donc que ces deux points soient enfin revus.

Le temps de travail

L’accord 35 heures continue à s’appliquer. Le Nac n’envisage pas une refonte de l’organisation du temps de travail. Toutefois, dès notre entrée dans la négociation en 2014, nous avons exprimé notre volonté de revoir les modalités des horaires variables hebdomadaires qui ne sont pas définies dans l’accord 35 heures, mais dans l’actuelle convention collective. Il est impératif d’allonger autant que possible le délai de prévenance : connaître seulement le vendredi à 17h les jours travaillés la semaine suivante rend la vie personnelle impossible. Ce serait pour nous un vrai point de blocage si aucune évolution n’était apportée à ce point.

Nous avons demandé la majoration des heures de nuit de 21h à 7h au lieu de 6h.

Nous partageons d’autre part la demande de l’ensemble des organisations syndicales d’une majoration des heures travaillées le samedi.

Lire la suite

Radio France tousse encore

10 Avril 2016 , Rédigé par unsaradiofrance

Quel bilan tirer de la grève historique à Radio France ? Quoi de changé depuis ?

Beaucoup de points soulevés par le conflit sont toujours d’actualité : le poids du chantier de Réhabilitation de la Maison de la Radio, les déménagements incessants, les menaces de syndication des programmes de radios locales ou d’externalisation d’activités, les dégâts dus aux diminutions d’effectifs (surcharge de travail, désorganisation de services), une politique de ressources propres dans la logique du désengagement de l’Etat (annonceurs privés, locations de studios en concurrence avec la production), une baisse de l’ambition éditoriale liée aux économies sur les grilles et un recours structurel à la précarité. Le tableau reste très noir.

Certes, la direction a su entendre certaines de nos alertes et revu sa copie sur des projets funestes tels que la fermeture simultanée de l’ensemble des studios moyens, le déménagement des cellules de montage à Mangin qui aurait cassé le lien fonctionnel avec France Culture et France Musique, et surtout le plan de départs volontaires qui aurait fait partir brutalement entre 350 et 380 salariés. La mobilisation de 2015 a été impressionnante et elle continue d’imprégner les décisionnaires.

Mais l’équation proposée reste impossible : projet d’une programmation digne d’une Maison de la Culture, France Info prestataire de France Télévisions, une nouvelle locale à Lyon, tout cela en supprimant 270 emplois dans les 3 ans. Qui peut y croire ? C’est la démobilisation générale. Nous voyons détresse et souffrance dans l’ensemble des directions et des antennes. France Inter est bousculée par une nouvelle organisation RH, les moyens de France Musique sont menacés, Fip perd son âme, la dérive éditoriale de Mouv s’illustre par la promotion sur le site de la chaine d’un clip où l’on voit des filles dévêtues emplir des sacs de cocaïne…

Nous réclamons :

  • le retour aux fondamentaux de la radio de service public : une rigueur déontologique, des programmes élaborés (fiction, documentaire, magazine), un son d’excellence, la science des enchaînements, des reportages, des programmes locaux de proximité, une offre musicale ambitieuse.
  • La réattribution aux équipes opérationnelles des pouvoirs de décisions
  • Une politique RH qui s’attaque radicalement à la précarité : requalification des CDDU dont la collaboration est de trois ans et plus, intégrations en CDI des CDD sur l’ensemble des postes à remplacer ou nouvellement créés, recours abusif aux stagiaires proscrit !
  • La modération des hauts revenus comme axe principal de la conduite de changement : à quand un texto qui traite de l’exemplarité ?
  • Des investissements conséquents dans les systèmes d’information pour limiter des tâches redondantes
Lire la suite

COM une embrouille

10 Avril 2016 , Rédigé par unsaradiofrance

Voilà deux années passées que Mathieu Gallet a été nommé par le CSA et on comprend que la signature du COM (Contrat d’objectifs et de moyens) par la tutelle attendait l’encadrement définitif de l’ouverture des antennes à la publicité commerciale. Le ministère a donc cherché à accompagner le désengagement de l’Etat (pas d’augmentation de la ressource publique) en ménageant autant que possible les radios privées, vent debout contre un partage de la ressource privée.

Si le président de Radio France se targue d’avoir réussi un joli coup en évitant une érosion de la manne publicitaire, il pourrait s’agir d’une victoire à la Pyrrhus. Les concurrents épuiseront tous les recours juridiques. Il y a fort à parier que cette autorisation n’a aucune pérennité. Les procédures sont généralement longues, mais rien n’exclut qu’une décision politique prenne les devants en supprimant définitivement nos écrans publicitaires. Bref, le financement de la Radio publique n’est absolument pas sécurisé à terme.

Quant aux précautions qui auraient retardé la rédaction du COM, elles ont de quoi laisser perplexe. Les signataires du COM n’ont pas jugé utile d’y inscrire la chaine publique d’information qui nécessite pourtant 28 emplois supplémentaires, davantage qu’une nouvelle locale. Le rapport parlementaire de Martine Martinel préconisait la création d’un COM commun aux entreprises de l’audiovisuel public pour les projets partagés. Cela aurait obligé la tutelle à inscrire des moyens spécifiques pour la création et le fonctionnement de la chaine d’information en continu. Mais l’Etat se satisfait certainement de présidents de l’audiovisuel qui s’engagent à réaliser des projets sans moyens, comme par magie.

Nous pourrions saluer le choix de la marque France Info, s’il est confirmé, parce que nous pensons que la radio survivra à la chaine de télévision et que le maintien de ce nom est un enjeu déterminant pour l’avenir de la radio d’information. Par contre, le développement d’une plateforme numérique commune intitulée France Info, dans la mesure où cette plateforme sera installée à France Télévision, est tout simplement inconcevable.

Dans quelques années, les finances de Radio France se verront sans doute définitivement asséchées et, selon la logique à l’œuvre, son avenir numérique condamné en faveur de France Télévisions.

Mathieu Gallet et son COM auront fait illusion !

Lire la suite

Pourquoi l’Unsa a signé le texte sur les départs en retraite

10 Avril 2016 , Rédigé par unsaradiofrance

L’Unsa a signé le projet d’accord portant sur l’accompagnement des départs en retraite jusqu’au 31 décembre 2018. Le texte prévoit l’augmentation de l’indemnité de départ en retraite pour les salariés qui comptent au moins quinze ans d’ancienneté. Pas de bonus extraordinaires, mais la seule contrepartie est de déclarer son départ au moins six mois avant pour les départs effectifs en 2017 et 2018, trois mois pour ceux de 2016.

Qui est concerné ?

Il s’agit de jouer sur l’indemnité de départ en retraite. Sont concernés les salariés en situation de faire valoir leurs droits.

Pour rappel, à 65 ans les salariés sont mis à la retraite et bénéficient alors d’une indemnité équivalente à l’indemnité conventionnelle de licenciement.

Contrairement à l’indemnité perçue lors d’une rupture conventionnelle ou celle d’une mise à la retraite, l’indemnité de départ en retraite est assujettie aux cotisations salariales et est fiscalisée.

Cet accord est-il un encouragement au départ ?

Non. Beaucoup de salariés ayant atteint leurs droits aspirent à les faire valoir. Simplement, l’indemnité de départ en retraite est aujourd’hui beaucoup moins favorable que l’indemnité de mise à la retraite. Le bonus accordé, plus particulièrement pour celles et ceux qui ont une grande ancienneté, permet de partir dans de meilleures conditions.

Cet accord permet-il de supprimer des emplois ?

Non. Le nombre d’emplois supprimés est déterminé par la trajectoire financière inscrite au Contrat d’objectifs et de moyens.

Les chiffres sont connus : 90 en 2016 et 2017, 50 en 2018. Cela a pour conséquence :

  • Si on ne comptait qu’une centaine de départs en 2016, 9 dixièmes des départs ne seraient pas remplacés, en tout cas pas par des CDI.
  • Si le nombre se portait à 270 départs, 2 départs sur 3 seraient remplacés.

Nous continuons à déplorer la situation financière de Radio France, son déficit programmé. Mais ce n’est pas en retenant les salariés qui souhaitent partir, que Radio France recrutera en CDI. Evitons les raisonnements simplistes.

Cet accord a-t-il un coût pénalisant pour le budget de Radio France ?

Nous évaluons à environ 2 millions le financement des mesures pour les 3 années couvertes par l’accord, soient 600 mille ou 700 mille euros annuels (0,1% du budget de Radio France). Absolument rien à voir avec un plan de départs volontaires qui se chiffrait à plus de 30 millions et qui aurait été financé par l’emprunt.

Lire la suite
Lire la suite

Productions radiophonique et musicale avant tout

27 Janvier 2016 , Rédigé par unsaradiofrance

Jamais les personnels n’avaient ressenti un tel abandon, un tel désarroi. Le 21 janvier, c’est devant des salariés clairsemés au studio 104 que le président Gallet a lu son discours qu’il qualifiait lui-même d’exercice formel. Deux projets étaient mis en avant pour 2016, deux chantiers (sans issue ?) qui n’emportent pas l’adhésion du personnel et ne correspondent pas aux missions fondamentales de Radio France.

La perspective d’alimenter la nouvelle chaine de France Télévisions et la conversion de la Maison de la Radio en Maison de la culture affichent des intentions en contradiction avec l’essence même de la radio publique telle que définie dans l’article 44 de la loi de 1986 :

Radio France est chargée de concevoir et de programmer des émissions de radio à caractère national et local, destinées à être diffusées sur tout ou partie du territoire. Elle favorise l'expression régionale sur ses antennes décentralisées sur l'ensemble du territoire. Elle valorise le patrimoine et la création artistique, notamment grâce aux formations musicales dont elle assure la gestion et le développement.

Le 19 février, M. Gallet reviendra au 104 pour évoquer les futurs usages des studios moyens. L’Unsa avertit la direction : les turpitudes du chantier de Réhabilitation ne peuvent avoir raison de la production radiophonique. Pour exemple, la dernière hypothèse qui vise à déplacer à Mangin la DPP, fraîchement installée au 10ème étage en cohérence fonctionnelle avec les chaînes, est une aberration totale. Ce que nous avons rejeté des conclusions du cabinet d’audit Bearing point, nous le combattons avec la dernière énergie lorsqu’on veut nous l’imposer par les contingences du bâtiment. Il est aujourd’hui inconcevable de disperser les locaux techniques, studios et cellules. Il est impensable de démunir les antennes de leurs moyens de production. Les décisions d’aujourd’hui mettent en cause notre capacité à produire les programmes qui nous distinguent des radios privées. La délocalisation de près de la moitié des cellules à Mangin et la fermeture simultanée de l’ensemble des studios moyens en 2017 pour 3 ou 4 ans, le détournement de studios double hauteur pour faire de la TV, c’est condamner notre capacité à alimenter France Musique, France Culture ou France Inter en programmes élaborés.

Radio France n’a pas vocation à fournir des informations à France Télévisions avec une agence de dépêches à France Info, à louer des salles aux congressistes susceptibles de renflouer les caisses.

Radio France, c’est des antennes de radio et des formations musicales. La Réhabilitation et l’étranglement budgétaire constituent des enjeux si complexes, qu’il est urgent de se recentrer sur les fondamentaux inscrits dans la loi. Nous en sommes à un point où les personnels se demandent si l’entreprise est pilotée.

Assez d’inconséquence !

Lire la suite

Le grand flou sur la genèse de la chaine de télévision d’information en continu

13 Janvier 2016 , Rédigé par unsaradiofrance

A l’aube de ses 30 ans, France Info, chaine d’information en continu, prend le chemin d’être mise sous la tutelle de FTV (France Télévisions). Malgré l’affichage de la direction sur le rôle moteur de France Info, la consultation d’un compte-rendu de deux réunions de la Commission économique du CCE de FTV nous enseigne que le final cut et le pilotage seront chez Delphine Ernotte. La contribution de France Info se limitera à un rôle de partenaire prestataire avec deux RDV quotidiens (a priori un invité politique et un talk sport) et un rappel des titres (environ 1 mn) 4 à 5 fois dans l’heure. Rien n’est dit sur la cohérence entre les titres de France Info et les JT produits par FTV, couacs éditoriaux en vue alors même que la direction de France Info met en place son agence interne pour mettre de la cohérence sur son antenne.


La présidente de FTV s’est prononcée publiquement pour le broadcast, c’est-à-dire la diffusion sur la TNT de la chaine. Or, après le passage de LCI sur la TNT, le paysage télévisuel comptera 4 chaines d’information en continu. L’existence d’une chaine publique est très encouragée par l’Etat dans la perspective de la campagne électorale pour la présidentielle.


Problème : avant de l’accorder, le CSA a plusieurs fois refusé la fréquence TNT à LCI au motif que l’offre d’information en continu était déjà complète avec BFM et Itélé. L’équipe projet de la nouvelle chaine publique affiche donc l’intention de rompre avec les modèles existants, s’appuyant par ailleurs sur la remise en cause du modèle des chaines d’information avec l’évolution des usages liée aux réseaux sociaux et aux smartphones. Il est par exemple fait référence à AJ+ (Al Jazeera) qui produit des contenus video, du texte et des infographies sans son pour visionnage dans les transports en commun. Drôle de perspective d’associer Radio France à une telle perspective !


Le projet qui doit être réalisé dans l’urgence tergiverse entre la modernité des
nouveaux modes de diffusion et la puissance du broadca
st.


Le broadcast implique la construction à Radio France d’un studio TV dédié, dont on ne connait même pas aujourd’hui la localisation par rapport à la rédaction de France Info, et les conséquences sur la production radiophonique dans une période de pénurie de studios du fait de la Réhabilitation.
La question primordiale des moyens humains affectés à la chaine s’ajoute aux 270 emplois supprimés d’ici 2018. Combien d’emplois supplémentaires seront sacrifiés dans les services de Radio France pour abonder les équipes dédiées à ce projet ? Quels moyens de reportage conservera France Info ?
Enfin, quelle enveloppe budgétaire sera finalement affectée à cette chaine alors que
Radio France est entrée dans un plan d’économies sans précédent ?

Lire la suite

Mal-être et souffrance à Radio France

7 Janvier 2016 , Rédigé par unsaradiofrance Publié dans #Conditions de travail

Plusieurs causes, même effet : le travail peut altérer la santé. Cela se traduit parfois par un burn-out (épuisement professionnel), parfois par un état dépressif dont il faut beaucoup de temps pour se relever, avec souvent pour incidence une dépendance aux psychotropes ou l’engrenage d’addictions comme l’alcool ou autres. Presque toujours arrive la sensation d’une boule au ventre en allant au boulot.

Harcèlement moral ou sexuel, autoritarisme, injonctions paradoxales, management défaillant, discrimination, déclassement, mise à l’écart des décisions, infantilisation, placardisation, perte de sens, absence de visibilité sur les réorganisations à venir, open space, surcharge de travail, pression de l’urgence, accident du travail, renouvellement d’air insuffisant, nuisances sonores, horaires atypiques, précarité, plusieurs facteurs se cumulent.

Des secteurs de Radio France identifiés

Alors que le personnel de la Direction de l’Etablissement panse les plaies d’une période de management brutal, il existe aujourd’hui des points sensibles qui perdurent : Mouv, France Bleu 107.1, Communication de France Info, Prévisions d’actualité, Direction des Moyens techniques, région Grand Centre…

Ne pas tomber dans l’isolement

Une situation d’isolement ne fait qu’aggraver le mal-être, l’hyperstress. Il est primordial d’alerter son médecin traitant, la médecine du travail et un représentant du personnel. Les salariés victimes ont trop souvent tendance à culpabiliser. Nous recueillons malheureusement beaucoup de témoignages qui attestent de telles situations de souffrance.

Nous alertons solennellement la DRH sur la nécessité de faire cesser des pratiques de management : intimidations, brimades en réunion, propos déplacés, manque de considération et irrespect pour les collaborateurs… Le budget de formations management est conséquent, mais la prise en charge de certains managers dans le cadre d’une action de formation n’est d’aucune efficacité. A un moment donné, il faut savoir tirer des conséquences radicales à partir de comportements notoirement nuisibles pour la santé des salariés et contre-productifs pour les directions concernées et donc pour l’entreprise.

Lire la suite

Quand on n'a plus de cantine

22 Décembre 2015 , Rédigé par unsaradiofrance Publié dans #Conditions de travail

Samedi 19 décembre, l'Orchestre Philharmonique, le Chœur et la Maitrise de Radio France donnaient à l'auditorium le concert dit "de Noel". Ce concert faisant l'objet d'une captation télévisuelle, le planning de travail était le suivant : répétition raccord de 18h à 19h et concert à 20h. La répétition s'est terminée vers 18h40, et à ce moment, chacun a eu la nécessité de s'alimenter. Or il a été fait le constat que la cantine était fermée. Ceci appelle plusieurs observations :

  • Pour le moins l'information de la fermeture de la cantine n'a pas été portée à la connaissance des musiciens. Seul un Texto du 16 décembre, mode de communication auquel les musiciens n’ont pas accès, a signalé la fermeture de la restauration d’entreprise pour s’adapter à la modification de la fréquentation (sic)
  • Avant de faire un concert, les artistes ont le besoin de prendre une alimentation pour un apport en énergie indispensable, afin de permettre de produire un spectacle de qualité
  • L'ensemble du personnel qui travaille le week-end dans cette Maison n'a plus droit au même traitement que les salariés qui y travaillent la semaine.

Le 19 décembre dernier, c'est environ 150 personnes qui devaient sortir afin de s'alimenter, en une heure de temps, pas davantage. Rêve t on ? Non point.

  • Dire qu'une telle situation est inadmissible est bien la manière la plus correcte de la qualifier. Aussi, parler de respect, de considération, de qualité du travail, devient totalement obsolète. En conséquence, tous les beaux discours sur notre ambition d'être une maison de professionnels animés d'un sens très aigu de notre travail sont désormais inutiles.

Dans un premier temps, et au nom des salariés qui ont manifesté une grande colère samedi soir, l'Unsa exige que tous les intervenants (musiciens et autres personnels) soient dédommagés à la hauteur du désagrément qu'ils ont dû subir.

Mais plus largement, si la situation et les projets de fermeture prévus se concrétisent, il n'y aurait plus qu'une seule alternative : plus personne ne travaille le week-end à Radio France. En effet, l'option plateau-repas qui est envisagée ne répondra pas aux principes de base d'une alimentation de qualité.

Il est juste impensable de constater une subvention exceptionnelle de la restauration collective à hauteur de 800000€ au budget 2016 et d’en arriver à cette situation extrême.

Lire la suite
<< < 1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 > >>